Prises de position

Prises de position

Prises de position de la Commission de bioéthique

20.05.2009

La Commission bioéthique de la Conférence des évêques suisses rejette dans une déclaration la proposition de loi présentée par le Conseil fédéral visant à autoriser le diagnostic préimplantatoire (DPI). Le projet de loi constitue à ses yeux une tentative impossible de résoudre la quadrature du cercle. D’une part il s’agira de protéger la dignité humaine telle qu’ancrée dans la Constitution fédérale, d’autre part cette même dignité sera gravement lésée par la discrimination éthiquement inadmissible effectuée entre embryons « sains » et « malades ».

07.06.2006

Prise de position de la commission bioéthique de la CES

En janvier 2005 est né à Genève le premier « bébé-médicament » de Suisse : cette petite fille, conçue par fivete, a été sélectionnée dans un laboratoire de Bruxelles pour servir de donneuse de moelle osseuse à son grand frère de six ans souffrant d’une grave déficience immunitaire (granulomatose). La greffe a réussi et le garçon semble reconstruire ses défenses immunitaires. S’il n’est pas judicieux de critiquer l’intention subjective de parents qui ont souffert, et si l’on se réjouit de la guérison de l’enfant, il reste que la technique des « bébés-médicaments » constitue une forme inquiétante d’eugénisme.

07.06.2006

Prise de position sur le projet d’article constitutionnel et de loi fédérale relatifs à la recherche sur l’être humaine (LRH)

Le projet d’article constitutionnel et de loi fédérale (LRH) vise à réglementer de manière transparent et exhaustive toute recherche sur l’être humain. La commission « bioéthique » salue la volonté d’unifier les législations multiples et les pratiques diverses, et de combler les lacunes existantes. Elle se félicite du souci éthique d’un tel projet.